Les grandes dates

Une histoire marquée par de nombreuses révoltes

1717 : La révolte du Gaoulé

Les relations entre les colons et le gouvernement n'ont pas toujours été courtoises. Le système de l'EXCLUSIF qui les oblige à ne commercer qu'avec la Métropole n'est pas toujours aisé, les pénuries sont fréquentes du fait du transport aléatoire des marchandises par voie maritime et leurs ventes limitées,   souvent ils transgressent ce système contraignant en achetant des produits "étrangers" et en vendant leur sucre. Au Diamant en 1717, le Régent envoie à la Martinique deux émissaires afin de faire interdire ces échanges et d'interdire tout nouvel établissement d'une sucrerie. Les colons avec en tête la famille Dubucq se révoltent et séquestrent dans l'actuelle HABITATION O'MULLANE les deux émissaires : le gouverneur Antoine de la Varenne et l'intendant Ricouard d’Hérouville qui sont ensuite menés à l'HABITATION ANSE LATOUCHE et renvoyés en Métropole de force à bord du GEDEON. Nommé un temps commandant de l'île DUBUCQ sera condamné avec quelques comparses sous le chef de sédition.

Ils seront graciés par la suite par le Roi.

1870 : Insurrection dans le Sud

Insurrection violente dans le sud puis dans le reste de l'île (15 communes s'embraseront). Motivés par l'indépendance de leurs voisins de la République de Saint-Domingue, les noirs de la Martinique se soulèvent quand un des leurs :Léoplod Lubin est condamné à 5 années de bagne pour avoir lynché en représailles l'homme qui lors d'une altercation l'avait cravaché avec un autre de ses amis békés : le béké Augier . Les noirs se révoltent et mettent le feu à une cinquantaine d'habitations, les réprimandes envers les émeutiers sont sévères : 74 sont condamnés à mort, 12 sont fusillés et les autres envoyés en Guyane, les plus célèbres révoltés sont : le nègre Louis Telga, le mulâtre Eugène Lacaille,  la couturière noire Lumina Sophie dite "Surprise".

A la suite de ces évènements, Lumina Sophie sera condamnée au bagne de Cayenne en Guyane et Louis TELGA sera contraint à l'exil et à quitter définitivement son île.

1934 : Assassinat d’André Aliker

Le 11 janvier 1934, le cadavre d’André Aliker, 34 ans, est découvert ligoté sur le bord d'une plage à Fonds Bourlet près de Case-Pilote. Adhérent du Parti Communiste Martiniquais, journaliste et gérant du journal "Justice" ALIKER était sur le point de dénoncer certaines malhonnêtetés commises par les békés, notamment Eugène Aubéry. Son crime restera non élucidé. Deux hommes seront suspectés : MOFFAT et MELLON, deux Sainte-Luciens mais acquittés par la suite.

1942 : L’affaire Beauregard

 René BEAUREGARD, économe sur une habitation, tue le 3 juillet 1942 dans un accès de jalousie  sa femme, suite à des rumeurs sur d'infidélité. Refusant de se rendre aux services de l'ordre et las de fuir malgré l'aide de la population, il se suicidera le 1 Octobre 1949.

1961 : Une répression meurtrière au Lamentin

Le 24 Mars 1961 au Lamentin, à la rue Hardy Saint-Omer trois jeunes hommes (21, 24, 26 ans) : Alexandre Laurencine, Edouard Valide et Suzanne Marie-Calixte sont tués par des gendarmes au cours d’une manifestation de grévistes, Suzanne Marie-Calixte sortait à peine de l’église quand elle fut victime d’une balle. Les employés des habitations se plaignant de leurs conditions de travail ont décidé de confiner Roger Aubéry, un propriétaire terrien dans une case et administrateur de l'usine du LAREINTY. En réaction, les gendarmes sont appelés et répriment à coups de feu les grévistes faisant 3 victimes.

Un livre a été rédigé par Georges GRATIANT, alors maire de la commune : "Sur trois tombes". Une plaque commémore ce tragique évènement sur l'entrée de la Médiathèque.

1965 : L’affaire Marny

En septembre 1965, un jeune homme de 22 ans Pierre Just Marny sort de prison, après avoir purgé une peine de 2 ans, il est à la recherche de ses compagnons malfrats et de leur butin. Il avait accepté de ne pas les dénoncer en contrepartie d'un dédommagement financier, quand il les retrouve il constate qu'il n'en est rien. Furieux, révolté, le lendemain il démarre entre Schoelcher et Fort-de-France une sanglante cavale, faisant 8 blessés il donnera la mort à 3 personnes dont un bébé âgé  de 2 ans. Il sera condamné en 1969 à la peine à perpétuité, peine qu'il purgera à compter de 1966 en France. Il luttera des années durant pour qu'il puisse revenir purger sa peine sur son île natale, sa demande est enfin acceptée et depuis le 28 Mai 2008 le plus ancien détenu de France (eh oui!) est à nouveau sur la terre qui l'a vu naître. Jugé comme un rebelle, un "Neg Mawon" du fait de son opposition affichée envers les blancs (d'où son image de Neg Mawon, lui se faisait appelé LA PANTHERE NOIRE), il fut défendu par une partie de la population, c'est par crainte d'émeutes sociales en sa faveur qu'il fut envoyé en France.

1948 : L’affaire des 16 de Basse-Pointe

Si l'on y regarde un peu, on pourrait se dire que les grandes affaires criminelles à la Martinique sont très souvent liées à l'histoire de 'île : bien souvent sous le fond de rivalités entre noirs et békés. Un des meilleurs exemples est l'affaire des "16 de Basse-Pointe", en 1948, le 6 septembre précisément le  corps d'un béké sauvagement tué par 36 coups de coutelas est retrouvé dans les champs de canne de la plantation Leyritz. L'homme : Guy de Fabrique était le géreur de l'habitation. Crime grave car commis sur un béké et qui plus est très violent, le ou les coupables doivent être retrouvés. Bien que l'enquête ne puisse permettre aucune identification formelle du ou des coupables, 16 hommes, tous syndiqués sont arrêtés et jugés à Bordeaux, en 1951, une ville dont le port fut mêlé au commerce triangulaire.

L'auteur ou les auteurs du crime n'est ou ne sont à ce jour pas connu (s).

Assassinat d’Antoine Siger

En pleine élections municipales, assassinat d' Antoine Siger, alors maire de la commune  de Fort-de-France qui soutenait Victor SEVERE contre son opposant Théodore LABAT. On accusera Charles Gouyer d'être l'auteur du crime.

1925 : Assassinat de Louis Des Etages et de Charles Zizine

11 votes. Moyenne 2.27 sur 5.

Commentaires (2)

1. ryann972 (site web) 28/06/2009

merci pour cette page d'histoire, le site histoire et patrimoine de la martinique a fait peau neuve, n'hésitez pas à venir le visiter

2. Rosalia 15/07/2009

Si l'histoire vous intéresse, n'hésitez pas à voir le film "Aliker" de Guy Deslauriers, un chef d'oeuvre et un bel hommage à une personnalité trop tôt disparue!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Martinique-Escapade Contact : 06.96.98.59.05 - martinique-escapade@live.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site