Découverte Paysages

La Martinique, une île aux nombreuses facettes

Petite île d’une superficie de 1 100 km², La Martinique comme le montre sa carte,  a un relief des plus accidentés.

Des paysages variés

On divise l’île en 3 régions :

-le Nord, une forêt dense : la forêt tropicale, des plages de sables noirs

-le Centre,

-le sud, des plages de sable blanc. Au sud, à Sainte-Anne, non loin de la Plage des Salines, un spectacle unique : la Savane des Pétrifications ou l’on se retrouve comme dans un désert aride, c’est la zone la plus ancienne de la Martinique, un temps, il était possible de voir des minéraux comme du jaspe, des gypses, et un phénomène rare du bois silicifié, ce site a malheureusement été pillé et cela n’est plus possible. Toujours à Sainte-Anne, il existe un ancien marais salant où du sel a été produit, c’est cette activité aujourd’hui stoppée qui a donné son nom à la région « les Salines ».

L’île présente également une spécificité : elle possède encore 10 % de sa forêt primitive (forêt d’origine, ce qui en fait un des rares hotspots du monde).

La forêt

Trois types de forêts s’offrent à vos yeux :

-la forêt xérophile (sèche), qui se retrouve surtout dans le sud, les espèces les plus fréquemment rencontrées sont : le campêche, le bois-ti-baume

-la forêt mésophile

-la forêt hygrophile ou forêt tropicale, se trouve dans les hauteurs (entre 200 et 800 m)là où se concentre le plus d’humidité, c’est une forêt dense au sein de laquelle évoluent les gommiers, les châtaigniers, les Bois-Côtes, les fougères arborescentes  s’y développent en masse.

Elle possède également une forêt typique : la mangrove.

La Mangrove

 Forêt du littoral qui se caractérise par une espèce végétale prédominante : les palétuviers. La mangrove est une forêt inondée, qui se forme sur des fonds sableux, argileux ou argilo-sableux,  salins et pauvres en oxygène et ne se développe que dans des zones où la température de l’eau est chaude (plus de 20°). La mangrove occupe 1,5% de la superficie de l’île et représente 6 % de l’espace boisé martiniquais.

 Espace un temps déconsidéré, la mangrove est aujourd’hui  remise en valeur car son intérêt écologique et physique sont indéniables : la mangrove protège les côtes littorales (son espace privilégié) des phénomènes comme l’érosion. Elle assure une fonction de filtre en emprisonnant contenues dans l’air les particules en suspension. elle abrite de nombreuses espèces animales : oiseaux(le Kaïali, poule d’eau, héron blanc, carouge), crustacés (crevettes, langoustes),mollusques (gastéropods : lambis, escargots de mer ; bivalves : huïtres, palourdes…), crabes (ciriques, le petit crabe des palétuviers (jaune), crabe « c’est ma faute », mantous  et crabes  de terre)poissons(mulet, pisquettes, marignans, carangues, gorettes, sardes…) alevins…Ainsi que les moustiques.

Il existe plusieurs palétuviers :

-le palétuvier blanc, se situe près des côtes, il est reconnaissable grâce à ses pneumatophores

-le palétuvier rouge (Rhizophora mangle), facilement identifiable par ses racines aériennes, se situe u milieu de la mangrove

-le palétuvier noir, se situe dans l’arrière mangrove près des zones cultivables

Mais tous ont en commun cette caractéristique d’être euryhalins (capables de supporter un milieu où les variations en sel sont fréquentes).

La majeure partie de la mangrove se situe dans le sud, la côte sous le vent, une se détache du lot : la mangrove de Trinité qui arbore l’espèce mangle médaille.

La plage

La plage…un des atouts de la Martinique, il en existe plus de nombreuses ! De quoi satisfaire tous les goûts !

Des plages de sable blanc au sud et des plages de sable noir au nord.

La plus célèbre : la Plage des Salines à Sainte-Anne, à l’extrême sud de l’île.

Des grandes comme des petites (des anses, nichées dans une partie accidentée du relief de l’île).

Palmiers, mancenilliers, raisiniers bord-de-mer, sont le décor naturel de nos plages.

Les mancenilliers sont dangereux, ils contiennent un suc pouvant créer des sérieuses brûlures, ils sont remarquables de par la ligne rouge qui entoure leur tronc. Ne vous abriter pas sous eux, surtout en cas de pluie, même l’eau ruisselant sur leurs feuilles pourrait constituer une menace !

Sachez, enfin, qu’aucune zone de l’île ne se situe à moins de 12 km d’une plage (en ligne droite).

Préparez eau, casquettes, chapeau, maillots et serviettes….bonne baignade !

NB : la pratique du nudisme est peu développée à la Martinique, dans de rares cas, elle est tolérée mais pour ne pas choquer, faîtes comme nous : sortez vos plus beaux maillots !

Madinina, l’île aux fleurs

Nos fleurs sont un ravissement pour l’œil

De nombreuses communes jouent le jeu de l’attrait visuel, c’est une bonne chose, continuez !

Pour vous aider à mieux les connaître, je vous ai  fait un petit diaporama :

Rose de porcelaine, balisier, bougainvillée, hibiscus, anthurium.

 

L’île aux arbres majestueux

Mon préféré : le figuier maudit avec ses nombreuses racines qui s’entrelacent

Les plus répandus : le gommier rouge, le palétuvier, le fromager

Les plus rares : le gaïac, le courbaril, le bois canon,  le mahogany, le bois carapate rouge

Les plus utilisés : le bois-ti baume

Les plus beaux : le flamboyant

L’île des volcans

Ile volcanique, la Martinique compte de nombreux volcans éteints : appelés localement « mornes, pitons », montagnes.

Du plus haut au plus petit :

La Montagne Pelée culminant à 1397 mètres, le Morne Macouba, à 1282 mètres, les 3 Pitons du Carbet : le Piton Lacroix avec ses 1196 mètres, le Piton Daumazé ayant une altitude de 1109 mètres, le Piton de l'Alma à 1105 mètres et le Piton Boucher avec 1070 mètres, le Morne Piquet, à 1159 mètres, le Piton Marcel, à 1017 mètres, le Morne Chapeau Nègre avec ses 911 mètres, le Morne Jacob, 884 mètres, l'Aileron  atteignant 824 mètres, le Morne du Lorrain, 785 mètres, le morne Bellevue de 693 mètres, la Montagne du Vauclin d'une hauteur de 504 mètres, le Morne Larcher et ses 477 mètres, le Morne Bigot, 467 mètres, le Morne Genty mesurant 400 mètres, le Morne des Esses, le Morne de l'Etang.

Le seul volcan actif est la Montagne Pelée, plus haut sommet de l’île avec 1397 mètres. A l’origine du descriptif du volcan péléen, dont les caractéristiques sont les suivantes : pas de cratère, d’où l’impossibilité pour le magma de sortir avec pour conséquences avant l’explosion des nuées ardentes, des fumerolles et enfin valse de lapili, blocs de lave durcie.

Les rivières

De nombreux cours d'eau sont présents sur toute l'île : la rivière du Galion,la rivière du Lorrain,la rivière Salée,la rivière Roxelane, la rivière de Basse-Pointe,la rivière Fond Capot,la rivière Madame (en l'honneur de Mme Du Parquet), la rivière des Coulisses,la Grande Rivière,la rivière Blanche, la rivière Pilote (en référence au chef amérindien Pilote, qui entretint de bonnes relations avec les colons), la rivière Charpentier, la rivière Bambou, la rivière Bezaudin,la rivière Saint-Jacques, la rivière Hackaert, la rivière Monsieur (en l'honneur de Sieur Du Parquet), la rivière du Longvilliers, la rivière la Nau, la rivière Simon, la rivière Paquemar, la rivière de Case Pilote, la rivière des Pères, la rivière du Carbet, la rivière Case Navire, la rivière de Macouba, la rivière du Prêcheur, la rivière Potion et la plus grande avec 30 kilomètres : la rivière La Lézarde.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. nathalie michaud 28/02/2009

la forêt mésophile:c'est?un mélange des 2 forêts citées?
peut-être préciser le risque de brulûre des mancenilliers sous la pluie?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Martinique-Escapade Contact : 06.96.98.59.05 - martinique-escapade@live.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site